"LES SLASHEUSES"

LIVE-SHARING Partage d'expérience, de connaissances, de vie, de compétences en live - avec échanges, chaleur et convivialité.
Les inscriptions sont closes

Heure et lieu

22 avr. 2020 à 17:30
ZOOM

À propos de l'événement

NOUS SOMMES DES SLASHEUSES

C'est le juste mot.. à la boite à aider, on a un mentorat (développement de votre activité ou vos activités) spécialement conçu pour les SLASHEURS... 

pourquoi ? 

Parce que nous, responsables de cette structure, nous le sommes...Marine et moi sommes deux multi-potentielles épanouies... et que l'on attire ce que l'on est... 

On a finit par comprendre qu'à force de chercher sa vocation, alors que nous avons des vocations multiples, on s'ampute d'une partie de nous- même et on vit "bancale".  Et aujourd'hui plus encore qu'hier, on prend conscience qu'il est précieux de prendre soin de ses rêves....

La différence est qu'on ne switch pas mais on "slash" c'est à dire qu'on additionne nos compétences (webdesigner/thérapeute/consultant/..) , on valorise nos acquis.. On crée notre alchimie intérieure...

Si vous avez envie d'en savoir plus, on se rejoint prochainement le 22 avril à 17 H 30  pour un live sur nos parcours SLASHEUSES...avec nos définitions, témoignagnes, comment nous sommes devenus slasheuses et sur notre accompagnement en expertise des ces profils "multi"... En attendant, prenez soin de vous

MARINE⭐️ ET BRIGITTE🌞

Live Proposé par ⭐️Marine Fortin consultante en stratégie -positionnement et développement de projet professionnelle / Psychopraticienne en libération émotionnelle

et  🌞Brigitte Mary consultante en stratégie -positionnement et développement de projet professionnelle / Psychothérapie en post trauma et résilience

MERCI DE VOUS INSCRIRE ICI

https://zoom.us/meeting/register/u5Etde6trDkurx1tXD4TQvykNfKseKh6Kg 

Après votre inscription, vous recevrez un e-mail de confirmation contenant les instructions pour rejoindre la réunion.

TARIF : GRATUIT

Petit extrait d'article paru sur LCI.fr....

--------------------------------------------------------

Cumuler les jobs en associant passions et  revenus, c'est la spécificité de ceux que l'on appelle les "slasheurs".  Et les spécialistes en sont sûrs : c'est une tendance de fond qui  pourrait devenir une norme. 

Lorsqu'on  leur demande ce qu'ils font dans la vie, ils répondent qu'ils sont  secrétaire/prof de salsa ou bien coach sportif/vendeur de vêtements,  serveur/photographe...Ces  personnes cumulent plusieurs activités qui n'ont parfois pas grand chose  à voir et nombre d'entre eux le vivent plutôt bien. Eux, ce sont les  "slasheurs", des pluri-actifs, selon le ministère du travail. 

Un terme qui désigne des personnes qui jonglent entre plusieurs  activités professionnelles par nécessité d'augmenter leurs revenus ou  par choix et parfois les deux. 

En 2016, en France, 16% des actifs entre  18 et 65 ans sont des "slasheurs" et parmi eux, 77% exercent leur  deuxième métier dans un secteur tout à fait différent, indique une étude pour le salon SME, le salon des micro-entreprises. 

Pour Denis Pennel, slasheur lui-même et auteur d’un livre Travail, la soif de liberté,  ces chiffres sont sûrement sous-évalués car ils ne prennent pas en  compte le travail bénévole et les personnes qui ne déclarent pas toutes  leurs sources de revenus. Aussi, le chiffre de 4,5 millions serait plus  proche de la réalité, "encore qu’on est très probablement au dessus",  selon lui. Alors qui sont ces "slasheurs", cumulards de jobs et de  passions ? LCI a mené sa petite enquête. 

Le profil de ces "slasheurs" 

Ils  ont entre 25 et 50 ans et ont fait une croix sur tous les avantages  procurés par le légendaire CDI. Ils forment cette génération de  travailleurs qui incarne bon gré mal gré, la flexibilité du marché du  travail. "Slasheuse" elle-même, Marielle Barbe a sorti un livre sur le  sujet (Profession slasheur : cumuler les jobs, un métier d'avenir)  et selon elle, il y a autant de profils différents que de "slasheurs"  mais on constate toutefois qu’ils ont des points communs. "Au cours de  mon enquête, j’ai remarqué qu’ils étaient tous curieux et qu’ils ne  voulaient plus s’ennuyer au travail. Ils ne veulent plus subir",  dit-elle. 

Une analyse soutenue par Denis Pennel : "Le profil type n’existe pas  car ils sont par définition multiples. Ils sont plutôt jeunes mais on le  voit, les retraités cumulent aussi les activités. Les individus ont de  plus en plus de centres d’intérêt et sont polycentriques. Cela permet de  cumuler des activités passions et professionnelles avec une porosité  croissante entre vie privée et professionnelle."

Les inscriptions sont closes

Partager cet événement